par | 7 juillet 2020

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : chirurgie de la main | maladie de dupuytren | pathologie de la main

Comment se déroule l’intervention chirurgicale de la maladie de Dupuytren ? Réponse ci-dessous.

 

Diagnostic

 

La pathologie de Dupuytren se caractérise par un épaississement progressif de l’aponévrose palmaire, localisée sous la peau de la paume de la main. Cela est accompagné par une rétractation des tissus, limitant l’extension complète des doigts.

Le diagnostic est clinique, et ne nécessite pas de recourir à des examens complémentaires (type échographie, radiographie, etc.). Le praticien constate les déformations des doigts et de la paume : celles-ci sont bien visibles et palpables.

En règle générale, le signe le plus visible est l’impossibilité de poser sa main à plat sur une table. Cela signifie que la flexion ne peut plus être réduite sans traitement adéquat.

A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement médicamenteux efficace pour la maladie de Dupuytren. Les injections de corticoïdes peuvent freiner la progression de l’affection, mais le traitement chirurgical est préférable.

 

Traitement chirurgical

 

Il existe 2 interventions chirurgicales couramment utilisées pour soigner la maladie de Dupuytren : l’aponévrectomie et l’aponévrotomie.

L’aponévrectomie est réalisée en ambulatoire, sous anesthésie locorégionale ou bien générale. Elle consiste en l’ablation des tissus malades, les « cordes ». Le chirurgien réalise plusieurs incisions, afin de retirer autant de cordes que nécessaire pour redresser le doigt affecté. Selon les cas, la plaie peut rester ouverte et guérir d’elle-même, ou bien nécessiter une greffe de peau.

L’aponévrotomie est également réalisée sous anesthésie locorégionale en ambulatoire. Elle est moins invasive que l’aponévrectomie, et ne laisse pas de cicatrices. En pratique, elle consiste en une section des cordes de la main affectée, plutôt qu’une ablation. Cela permet de réduire la contracture et d’améliorer la mobilité du doigt affecté. Toutefois, cette seconde procédure peut entraîner davantage de risques de récidive.

Quelle que soit la technique utilisée, le port d’une attelle sera obligatoire pour assurer un bon rétablissement. Des séances de kinésithérapie pourront être prescrites, afin d’améliorer la fonction et la force des doigts et des mains.

 

Pour prendre RDV avec un spécialiste de la maladie de Dupuytren à Paris, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de notes : 42

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Dernières actualités de la chirurgie de la main

Rhizarthrose : quand opérer ?

Rhizarthrose : quand opérer ?

La rhizarthrose du pouce peut altérer considérablement la qualité de vie du patient qui en souffre. Quand est-ce que le patient peut-il envisager sérieusement une intervention chirurgicale pour traiter cette affection douloureuse ? Qu’est-ce que la rhizarthrose du...

Rhizarthrose et canal carpien sont-ils liés

Rhizarthrose et canal carpien sont-ils liés

Une rhizarthrose se retrouvant dans presque la moitié des cas de canal carpien, le lien entre rhizarthrose et canal carpien interroge fréquemment le patient. Cette question se pose aussi différemment pour tout meilleur chirurgien de la main et du poignet, car la...