par | 7 décembre 2021

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : chirurgie de la main | pathologie de la main | syndrome du canal carpien

Dû à la compression du nerf médian, le syndrome du canal carpien se manifeste au niveau du poignet.

Cette pathologie requiert fréquemment une intervention chirurgicale après laquelle la rééducation et la qualité de la convalescence sont primordiales pour éviter les risques de complication.

 

Rééducation : quels exercices après l’opération du canal carpien ?

 

Après l’opération, le poignet, la main et les doigts doivent être mobilisés le plus rapidement possible bien que de manière modérée. En effet, l’intervention chirurgicale crée une plaie interne qui va devoir cicatriser.

Des mouvements post-opératoires précoces vont permettre d’éviter la formation d’adhérences qui pourraient sinon apparaître lors de cette phase de cicatrisation interne.

De plus, il est nettement préférable de ne pas porter d’attelle (orthèse) lors de la convalescence, justement pour laisser aux doigts et à la main toute leur liberté de mouvement.

Dans la plupart des cas aucune rééducation en kinésithérapie n’est nécessaire. Cependant, environ 3 jours après l’intervention, il est conseillé au patient de commencer à pratiquer des exercices d’auto-rééducation.

Ils doivent être réalisés en douceur, dans la mesure des capacités post-opératoires : si un gonflement ou une douleur apparaissent, l’intensité des exercices doit être diminuée. Il existe différents mouvements qui peuvent être pratiqués en auto-rééducation.

En premier lieu, des séquences d’écartement et rapprochement des doigts, main à plat, peuvent être effectués. Jouer avec l’articulation du poignet pour lui faire prendre ses différentes positions est aussi bénéfique.

Enfin, des exercices de mobilisation passive (en s’aidant de l’autre main) des doigts longs et des phalanges ont aussi un impact positif.

 

Évolution et reprise des activités après l’opération

 

Selon la technique opératoire choisie (chirurgie classique ou endoscopie), la durée de l’arrêt de travail prescrit peut varier de 2 semaines à quelques mois.

Elle est aussi fonction du type d’activité professionnelle du patient : il faudra bien entendu attendre plus longtemps dans le cas d’un travail physique très lourd.

Dans les 2 jours qui suivent l’intervention, les douleurs et l’inconfort sont tout à fait normaux. Un traitement antalgique classique suffit la plupart du temps à les atténuer.

Par la suite, une raideur de la main peut parfois subsister pendant 4 ou 5 semaines.

La cicatrice pour sa part reste souvent sensible et rouge pendant 3 mois environ. Il est important d’en prendre soin et, notamment, des massages avec une crème hydratante peuvent être réalisés 2 ou 3 fois par jour.

La libération du nerf médian pour soigner le syndrome du canal carpien est une opération qui donne la plupart du temps des résultats remarquables.

Cependant, quelques règles simples doivent être respectées par le patient au cours de sa convalescence : le succès du traitement en dépend.

Ainsi, la semaine immédiatement après l’intervention, il est bénéfique de garder la main surélevée le plus souvent possible, au-dessus du niveau du cœur.

Par ailleurs, le sujet opéré doit éviter de soulever des charges supérieures à 2 kg avec la main opérée pendant au moins un mois.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de notes : 176

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Dernières actualités de la chirurgie de la main

Canal carpien : quel traitement kiné ?

Canal carpien : quel traitement kiné ?

Le syndrome du canal carpien se définit par une compression du nerf médian à hauteur du poignet, responsable d’engourdissements, de fourmillements ou de douleur. Pour éviter une chirurgie du canal carpien, certains patients préfèrent un traitement dit « naturel » par...

Fracture du scaphoïde : attelle ou plâtre ?

Fracture du scaphoïde : attelle ou plâtre ?

La fracture du scaphoïde (os du poignet) représente la fracture la plus fréquente lors de la pratique du sport. Deux solutions permettent une guérison efficace, en fonction de la gravité : l'immobilisation par attelle ou plâtre, ou encore le recours à une opération...