par | 9 mars 2021

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : arthrose | chirurgie de la main | opération rhizarthrose | pathologie de la main | pathologie du poignet | rhizarthrose

La rhizarthrose du pouce affecte la base de ce doigt, à savoir l’articulation carpo-métacarpienne. Il est clair que de nombreux métiers imposent une mobilisation accrue de cette articulation, favorisant donc l’apparition de cette pathologie. Dès lors, la rhizarthrose est-elle une maladie professionnelle et dans ce cas, comment estimer le taux invalidité rhizarthrose ?

 

Causes d’une arthrose au pouce et diagnostic

 

L’arthrose est une maladie connue, mais aux causes très complexes.

 

Quels sont les facteurs de risques de la rhizarthrose maladie professionnelle ?

 

Comme tout processus arthrosique, l’arthrose du pouce est un processus dégénératif dont il est difficile d’isoler une seule et unique cause.

 

L’âge, les traumatismes (type fracture du pouce de Rolando ou de Bennett) et la sollicitation excessive du pouce constituent déjà des facteurs parfaitement reconnus et identifiés.

 

Dès lors, il est clair que de nombreux métiers manuels peuvent favoriser cette évolution arthrosique. C’est le cas aussi suite à un accident du travail aigu qui toucherait le pouce (entorse ou fracture) : l’évolution arthrosique quelques moins ou années plus tard serait aisément explicable.

 

Pas de rhizarthrose maladie professionnelle sans diagnostic précis

 

Avant même d’envisager la question d’une maladie professionnelle, le praticien doit effectuer un diagnostic précis et incontestable. Heureusement, il est simple pour la rhizarthrose du pouce.

 

  • Examen clinique

 

Après avoir recueilli l’ensemble des commémoratifs, le chirurgien va évoquer rapidement le diagnostic d’arthrose du pouce. Il dispose en effet pour cela de signes cliniques évocateurs : déformation du pouce à sa base (des ostéophytes simples à la déformation en col de cygne), douleurs, craquements, mobilité articulaire réduite, articulation trapezo métacarpienne sensible et tuméfiée…

 

Pour objectiver les lésions d’arthrose, et en apprécier la gravité, le praticien va alors faire appel à l’imagerie médicale.

 

  • Examens complémentaires

 

La radiographie (rayons X) est souvent l’examen de choix, permettant de parfaire le diagnostic. Les clichés du pouce sont effectués de face et de profil. Clinique et radiologie permettent alors de poser un diagnostic formel de rhizarthrose. Reste alors le plus difficile, faire reconnaître l’association maladie professionnelle rhizarthrose du pouce.

 

La rhizarthrose du pouce est-elle une maladie professionnelle ?

 

C’est quoi une maladie professionnelle ?

 

C’est une maladie dont on estime qu’elle est causée par les conditions de travail. Cette définition pouvant donner lieu à des batailles d’experts sur le lien de causalité, les autorités ont défini un ensemble de pathologies pour lesquelles la reconnaissance serait automatique.

Le Tableau 57 C (tableau maladie professionnelle rhizarthrose) liste ainsi toutes affections péri-articulaires provoquées par les gestes et postures au travail, sur la main, les doigts et le poignet.

Il n’y a pas de maladie professionnelle rhizarthrose dans ce tableau 57, ce qui signifie que l’arthrose du doigt ne peut pas donner lieu à une indemnisation automatique.

 

La rhizarthrose est une maladie professionnelle

 

En réalité, de nombreuses études ont prouvé que l’arthrose des doigts était plus fréquente chez certaines professions, comme les couturières, les pianistes, les ouvriers avec marteau-piqueur…

En 2000, un groupe d’experts européens avait proposé différents tableaux cliniques des troubles musculo-squelettiques (TMS), incluant la rhizarthrose, sans que celle-ci ne soit finalement reconnue au titre du tableau 57.

 

Sans reconnaissance automatique, le patient dispose d’une autre solution, plus aléatoire : effectuer un recours en application de l’alinéa 4 (Art. L. 461-1, code sécurité sociale) auprès du Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP).

Il faut pour cela une pathologie suffisamment invalidante, bilatérale et étayée. Sans être un expert médico-légal, un orthopédiste peut donner à un patient des éléments pour constituer ce dossier.

Il n’est parfois pas inutile de prendre conseil aussi auprès du médecin du travail.

 

Si la rhizarthrose est alors reconnue comme maladie professionnelle, le patient peut bénéficier d’indemnités spécifiques.

 

Pour prendre RDV avec un spécialiste de la rhizarthrose à Paris, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de notes : 24

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Dernières actualités de la chirurgie de la main

Conséquences d’un canal carpien non soigné

Conséquences d’un canal carpien non soigné

Un syndrome de canal carpien se traduit le plus souvent par l’apparition de douleurs ou de fourmillements sur les doigts, notamment la nuit. Lorsque les troubles sont peu marqués, le patient éprouve d’abord de la gêne et de l’inconfort, lui faisant oublier que cette...