par | 22 avril 2024

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : pathologie du poignet | syndrome du canal carpien

Le syndrome du canal carpien s’avère très fréquent, avec près de 130 000 opérations par an en France. Une alternative pour ne pas opérer reste parfois l’infiltration du canal carpien, mais est-ce la bonne solution en matière d’arrêt de travail et de convalescence ?

 

Quel repos après une infiltration du poignet ?

 

Le syndrome du canal carpien correspond à une compression du nerf médian, à hauteur du poignet. Selon le degré de gravité et de lésion du nerf, on distingue 4 stades cliniques de canal carpien, les premières phases se manifestant par des troubles sensitifs, au premier rang desquels une douleur plus ou moins lancinante.

Pour soulager la douleur du canal carpien, la prise orale d’anti-inflammatoires ou d’antalgiques peut s’avérer rapidement insuffisante.

Le principe va être alors d’amener un antiinflammatoire directement sur la zone d’inflammation : c’est le principe d’une infiltration de cortisone.

Cette infiltration dans le poignet peut s’effectuer chez un médecin généraliste ayant l’expérience du geste, ou idéalement chez un rhumatologue ou un chirurgien orthopédique spécialiste de la main et du poignet.

Cette injection dans le poignet pouvant être désagréable, on l’accompagne souvent d’une anesthésie locale, par injection ou par crème.

Le praticien injecte alors environ 1 à 3 ml, dans des conditions d’asepsie rigoureuse.

L’acte dure quelques minutes et le patient peut aussitôt rentrer chez lui : mieux vaut éviter de se servir du poignet dans les heures suivant, mais aucun repos n’est nécessaire.

Cette infiltration donne souvent de bons résultats en stade 1 et 2 de la maladie, en réduisant l’inflammation des tendons qui voient leur diamètre diminuer, et donc la compression sur le nerf médian. La disparition de la douleur est toutefois temporaire (quelques mois), et il est recommandé de ne pas dépasser 2 à 3 infiltrations par poignet. En effet, masquer les symptômes n’empêche pas la compression du nerf médian et les risques de destruction du nerf à terme.

Cette infiltration ne doit donc pas se voir comme un traitement médical définitif du canal carpien, mais comme une solution d’attente avant une éventuelle chirurgie. L’avantage est de permettre une reprise des activités rapide, même si une opération du canal carpien par arthroscopie reste aussi une chirurgie du poignet peu invasive, avec une convalescence courte.

 

Infiltration poignet : quelle durée de l’arrêt de travail ?

 

L’infiltration de cortisone dans le poignet se fait comme un geste médical, en cabinet, sans anesthésie générale ni hospitalisation. Un repos relatif de quelques heures à 1 à 2 jours est conseillé, mais il ne justifie ni arrêt maladie ni arrêt de travail.

En revanche, les douleurs du poignet justifiant l’infiltration du canal carpien peuvent être invalidantes, et justifier quant à elles un arrêt de travail.

Il existe un certain nombre de cas où un syndrome de canal carpien peut être vu comme une maladie professionnelle, telle que définie dans le tableau 57 du régime général. C’est le type d’activité, décrite dans le poste de travail, qui permet de savoir si la profession exercée s’avère à risque et est contre-indiquée.

Dans ce cas, l’arrêt de travail dû aux douleurs, ou à la chirurgie du canal carpien, peut offrir des conditions de prises en charge et d’indemnités journalières plus favorables.

Choisir une infiltration du canal carpien permet donc à un salarié de poursuivre son travail le plus souvent, en offrant une solution temporaire et imparfaite.

Inversement, la chirurgie du canal carpien demande une courte convalescence, permettant une reprise de travail en quelques jours pour un patient n’effectuant pas de gestes en force répétitifs : l’opération du canal carpien s’avère alors le plus souvent définitive.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4 / 5. Nombre de notes : 1

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Dernières actualités de la chirurgie de la main

Rhizarthrose : déroulement de l’opération

Rhizarthrose : déroulement de l’opération

Peu connue et souvent négligée par les personnes qui en souffrent, la rhizarthrose touche un nombre considérable de personnes en France. Le point sur le diagnostic et le traitement chirurgical de cette pathologie.   La rhizarthrose du pouce en quelques mots...

Qu’est-ce qu’une rhizarthrose bilatérale ?

Qu’est-ce qu’une rhizarthrose bilatérale ?

Si l’arthrose est une maladie connue de tous, ce n’est pas forcément le cas de la rhizarthrose (arthrose localisée au niveau de la base du pouce). Voici quelques précisions sur la question de la bilatéralité de cette affection répandue.   Rhizarthrose du pouce :...

Doigt à ressaut et arthrose : implications

Doigt à ressaut et arthrose : implications

Le doigt à ressaut est un syndrome très fréquent de nature mécanique, fréquemment associé à d’autres pathologies type arthrose ou polyarthrite rhumatoïde. Comment savoir donc si la douleur ressentie est liée au doigt à ressaut ou à une arthrose chronique ?   Le...

Rhizarthrose : quand opérer ?

Rhizarthrose : quand opérer ?

La rhizarthrose du pouce peut altérer considérablement la qualité de vie du patient qui en souffre. Quand est-ce que le patient peut-il envisager sérieusement une intervention chirurgicale pour traiter cette affection douloureuse ? Qu’est-ce que la rhizarthrose du...