par | 12 mars 2024

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : chirurgie de la main | Uncategorized

La pose d’une prothèse de base du pouce améliore considérablement la qualité de vie des patients atteints de rhizarthrose. Quelles étapes de rééducation le patient doit-il suivre pour une récupération efficace ?

 

Quelles sont les manifestations cliniques de la rhizarthrose du pouce ?

 

La rhizarthrose est une arthrose touchant l’articulation trapézo-métacarpienne, située à la base du pouce. C’est une zone fortement sollicitée lors des mouvements de pince pollici-digitale ou lors de la rotation du pouce.

À cause de l’arthrose, le cartilage qui recouvre les os s’use au fil du temps, les os glissent alors directement les uns sur les autres, ce qui provoque des douleurs lancinantes. Ces douleurs peuvent être intermittentes ou chroniques, en fonction du stade de la maladie.

Outre ces douleurs, on observe également un enraidissement, une réduction de la dextérité, une perte de force, une baisse de l’amplitude des mouvements, ainsi que des déformations au stade le plus avancé.

Comme pour toute arthrose, des poussées inflammatoires sont suivies par des périodes d’accalmie. Au fur et à mesure de la longue progression de la maladie, les symptômes tendent à s’amplifier pour finir par devenir très invalidants.

 

Qui est concerné par la rhizarthrose ?

 

L’arthrose de la base du pouce est une affection très fréquente, dont les causes sont souvent mal identifiées. Bien qu’elle puisse toucher tout le monde, elle affecte principalement les femmes de plus de 50 ans, en raison des modifications hormonales de la ménopause. Certains métiers ou activités de loisirs sont aussi des facteurs de risque, à cause de l’utilisation intensive ou répétée du pouce : la mécanique, la construction, la jardinerie, l’ébénisterie, la restauration, la pratique d’un instrument de musique (piano, violon, guitare, etc.), la couture, le tricot, le travail sur ordinateur, etc. Plus rarement, la rhizarthrose est secondaire à une lésion traumatique, telle qu’une fracture de la base du pouce.

 

Qu’est-ce qu’une prothèse trapézo-métacarpienne pour la rhizarthrose ?

 

La mise en place d’une prothèse trapézo-métacarpienne peut être proposée par le chirurgien lorsque la douleur du pouce est invalidante et résiste au traitement médical durant plusieurs mois. L’arthroplastie constitue l’une des options privilégiées pour le traitement de la rhizarthrose, l’autre étant la trapézectomie.

Lors de la pose d’une prothèse trapézo-métacarpienne, le chirurgien réalise une incision de quelques centimètres au niveau de la jonction entre le premier métacarpien et le trapèze. Il retire ensuite les extrémités osseuses endommagées par l’arthrose, puis creuse le trapèze et le métacarpien pour pouvoir y insérer l’implant prothétique.La prothèse s’adapte totalement à l’anatomie du patient et est conçue pour imiter le fonctionnement naturel de l’articulation. Elle est composée d’une tige insérée dans le premier métacarpien, d’une cupule insérée dans le trapèze et d’un col interposé entre les deux.

Contrairement à la trapézectomie, l’autre technique de référence, la prothèse de base du pouce n’entraîne pas de réduction de la longueur du pouce ni de diminution de la force.

 

Prothèse trapézo-métacarpienne : en quoi consiste la rééducation ?

 

La récupération post-opératoire après la mise en place d’une prothèse de pouce est plus rapide qu’après une trapézectomie-ligamentoplastie.

Le patient est tenu de porter constamment une attelle durant 2 semaines environ, afin d’immobiliser correctement l’articulation. Des séances de kinésithérapie peuvent être prescrites par le chirurgien pour assurer une guérison optimale.
La date de début et la durée de la rééducation sont indiquées par le chirurgien. Dans la première phase, les exercices sont doux, se concentrant sur des mouvements passifs pour améliorer l’amplitude. À mesure que la mobilité s’améliore, la rééducation devient plus active et les exercices s’intensifient progressivement. Le kinésithérapeute veille à reproduire les activités quotidiennes ou professionnelles du patient. Lors de cette phase de rééducation, le patient doit porter son attelle la nuit.
Les résultats finaux sont obtenus 2 à 3 mois après l’opération de la rhizarthrose avec prothèse. Les résultats sont extrêmement positifs, avec une récupération des fonctions du pouce, une restauration de la mobilité et une amélioration de la dextérité et de la coordination, y compris dans les cas avancés de rhizarthrose du pouce avec déformation en Z.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 4

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Dernières actualités de la chirurgie de la main

Qu’est-ce qu’une rhizarthrose bilatérale ?

Qu’est-ce qu’une rhizarthrose bilatérale ?

Si l’arthrose est une maladie connue de tous, ce n’est pas forcément le cas de la rhizarthrose (arthrose localisée au niveau de la base du pouce). Voici quelques précisions sur la question de la bilatéralité de cette affection répandue.   Rhizarthrose du pouce :...

Doigt à ressaut et arthrose : implications

Doigt à ressaut et arthrose : implications

Le doigt à ressaut est un syndrome très fréquent de nature mécanique, fréquemment associé à d’autres pathologies type arthrose ou polyarthrite rhumatoïde. Comment savoir donc si la douleur ressentie est liée au doigt à ressaut ou à une arthrose chronique ?   Le...

Rhizarthrose : quand opérer ?

Rhizarthrose : quand opérer ?

La rhizarthrose du pouce peut altérer considérablement la qualité de vie du patient qui en souffre. Quand est-ce que le patient peut-il envisager sérieusement une intervention chirurgicale pour traiter cette affection douloureuse ? Qu’est-ce que la rhizarthrose du...