par | 6 décembre 2022

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : pathologie de la main | rhizarthrose

La rhizarthrose ou arthrose du pouce est une pathologie extrêmement fréquente, pouvant rapidement devenir handicapante en raison d’un de ses principaux symptômes : la douleur du pouce. Pour autant, la disparition progressive de la douleur n’est pas forcément un symptôme d’amélioration, car cela correspond souvent à l’installation d’une raideur avec perte importante de l’amplitude des mouvements du pouce ou du poignet.

 

Définition de la rhizarthrose ou arthrose du pouce

Le mot rhizarthrose vient de deux mots grecs, rhiza étant la racine et arthros l’articulation. C’est donc une arthrose de la racine du pouce, touchant plus spécifiquement l’articulation trapézo-métacarpienne. La rhizarthrose correspond à l’usure chronique et dégénérative du cartilage situé entre le petit os trapèze du poignet et le premier métacarpien, qui constitue le squelette de la main relié à la première phalange du pouce.

L’arthrose du pouce a fréquemment une origine polyfactorielle, mais plusieurs facteurs de risques ont été identifiés : l’âge, les micro-traumatismes répétés (on considère parfois la rhizarthrose bilatérale comme maladie professionnelle, notamment en cas de rhizarthrose sévère du pouce), la génétique, les hormones (augmentation de la fréquence à la ménopause) ou les défauts de posture du poignet, avec ou pas une hyperlaxité ligamentaire de la main. La rhizarthrose est souvent bilatérale, et associe alors sur chaque main des lésions cartilagineuses (érosion, dégradation, usure…) et osseuses (inflammation, ostéophytoses…).

 

Quels sont les principaux symptômes de l’arthrose metacarpo-phalangienne (pouce) ?

La rhizarthrose du poignet reprend le tableau clinique habituel d’une arthrose localisée à la base du pouce, avec des signes physiques, fonctionnels et radiologiques.

 

Articulation pouce douloureuse : symptômes fonctionnels

La douleur est le symptôme le plus fréquent et le plus handicapant d’une arthrose du pouce, qu’elle soit spontanée ou suite à des mouvements. Elle est souvent plus marquée à froid (ankylose) et à chaud (après des efforts répétés).

Certains gestes de la vie courante mobilisant la pince pollici-digitale peuvent devenir compliqués et difficiles, comme le simple fait de peler un fruit ou de tourner une clef dans une serrure. Ces douleurs du doigt peuvent aussi apparaître la nuit, notamment en cas de mauvaise position du poignet.

 

Arthrose pouce : symptômes physiques

Les signes locaux sont plus tardifs, et souvent associés à une rhizarthrose sévère. Après plusieurs années, les lésions arthrosiques évoluent en effet vers une déformation articulaire, avec une bosse à la base du pouce en forme de M ou de Z. L’articulation devient de moins en moins fonctionnelle, avec des raideurs et une amplitude de mouvement limitée.

 

Arthrose du pouce : radio et imagerie médicale

La radiographie du poignet, de face et de profil, est en principe suffisante pour objectiver l’arthrose de la base du pouce, sans recourir à d’autres techniques d’imagerie médicale. Il est habituel de faire une radio main droite et main gauche, pour apprécier ou pas le caractère bilatéral.

Le chirurgien de la main et le radiologue vont alors rechercher les lésions du cartilage (érosion, destruction, amincissement…) et les lésions osseuses (inflammation, prolifération, destruction, réaction périostée…) typiques du syndrome arthrosique.

 

J’ai une rhizarthrose : comment la soigner ?

Le traitement d’une rhizarthrose est le plus souvent conservateur, avec pour objectif principal de soulager la douleur et de ralentir l’évolution des lésions. L’une des caractéristiques de l’arthrose est d’être en effet une pathologie dégénérative, toujours évolutive.

Une rhizarthrose modérée va privilégier un traitement médical conservateur, associant antalgiques et soins de kinésithérapie. Le traitement antalgique peut se faire par voie orale ou par voie locale, sous forme de topiques ou d’infiltrations de corticoïdes.

La rééducation va porter sur des exercices du pouce contre la rhizarthrose, ces exercices étant déterminés par la clinique et le stade lésionnel.

Le port d’une orthèse limite les mouvements involontaires douloureux, et maintient le pouce dans un axe physiologique correct.

Une rhizarthrose sévère peut justifier une opération du pouce et du poignet, par un chirurgien orthopédique de la main. L’objectif est de retirer l’os trapèze lésé (trapezectomie) et de rétablir la stabilité articulaire avec un tendon périphérique (ligamentoplastie). Cette chirurgie de la rhizarthrose peut se faire parfois sous endoscopie, d’où une récupération plus rapide et une cicatrice réduite. Cette prise en charge de l’arthrose du doigt sera décidée en fonction de l’importance des symptômes de la rhizarthrose, et de leurs répercussions sur les gestes quotidiens du patient.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 3.8 / 5. Nombre de notes : 6

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Dernières actualités de la chirurgie de la main

Conséquences d’un canal carpien non soigné

Conséquences d’un canal carpien non soigné

Un syndrome de canal carpien se traduit le plus souvent par l’apparition de douleurs ou de fourmillements sur les doigts, notamment la nuit. Lorsque les troubles sont peu marqués, le patient éprouve d’abord de la gêne et de l’inconfort, lui faisant oublier que cette...